spectacle

Et, dans le regard, la tristesse d’un paysage de nuit

Léna PAUGAM

Repères

Présentation

Présentation

Et, dans le regard, la tristesse d’un paysage de nuit, spectacle – au titre sublime – mis en scène par Léna Paugam, s’inspire d’un roman de Marguerite Duras. Les Yeux bleus, cheveux noirs (Ed. Minuit, 1986), écrit deux ans après l’immense succès de L’Amant (1984), se présente à nouveau comme l’histoire d’un amour impossible.
Avec une partition musicale basée sur l'idée du flux et du reflux maritime. Cette création s’inscrit dans le cadre des recherches de Lena Paugam réalisée au sein du doctorat SACRe (Science Art Création Recherche) autour de La Crise du désir dans les dramaturgies contemporaines.

Présentation détaillée

« C’est l’histoire d’un amour, le plus grand et le plus terrifiant qu’il m’ait été donné d’écrire… Il s’agit d’un amour perdu. Perdu comme perdition », écrivait Duras dans une lettre à la presse. « Peut-être l’amour peut-il se vivre ainsi dans une manière affreuse ». Les Yeux bleus cheveux noirs se présente comme l’histoire d’une double initiation à l’amour et à l’oubli. Duras y raconte l’obsession d’un homme pour une figure croisée un jour, dans le hall d’un hôtel de bord de mer. Désespéré à cause de ce jeune étranger aux yeux bleus cheveux noirs, qu’il croit être celui qu’il attendait depuis toujours..., il retrouve chaque soir, dans sa chambre, une femme qu’il paie parce qu’elle lui rappelle l’être aimé.

Distribution et équipes

mise en scène Léna Paugam | adaptation théâtrale Sigrid Carré-Lecoindre et Léna Paugam | interprètes Sébastien Depommier, Fanny Sintès, Benjamin Wangermée | travail chorégraphique réalisé en collaboration avec Thierry Thieu Niang | scénographie François Luberne et Léna Paugam | lumière Jennifer Montesantos | composition musicale Aurélien Dumont | création sonore Manuel Poletti | ingénierie sonore Sylvain Cadars | régie son Marie Charles

Fiche actualisée le 08/06/2017
Modifier ou compléter cette fiche