Spectacle

La Silencieuse

Repères

Présentation

Présentation

Pour son deuxième album, La Silencieuse, le trio Meïkhâneh, composé de Maria Laurent au chant, Johanni Curtet à la guitare, dombra et chant diphonique, Milad Pasta aux percussions iraniennes, s’est entouré de trois invités : Bijan Chemirani aux luths tzouras, saz et percussions additionnelles, Uuganbaatar Tsend-Ochir (Egschiglen) à la grande vièle cheval mongole ikh khuur et Martin Coudroy à l’accordéon diatonique.

Avec l’aide du Chantier, centre de création des nouvelles musiques traditionnelles et musiques du monde, du financement participatif et de la Ville de Rennes.

Après avoir été découvert notamment par les festivals Les Suds à Arles, Étonnants Voyageurs à Saint-Malo, Les Joutes musicales de printemps à Correns, Chant de Marin à Paimpol et Le Rêve de l’Aborigène à Airvault, et récemment joué à Bonlieu-scène nationale d’Annecy, Meïkhâneh a aussi assuré les premières parties de Susheela Raman, Titi Robin, Trio Chemirani et Natacha Atlas.

Les compositions de Meïkhâneh sont nourries d’imaginaire, d’improvisations, et de musiques traditionnelles d’Europe, de Mongolie et d’Iran. Les voix, lumineuses et envoûtantes, portent 
la puissance des chants d’Europe de l’Est, les mélodies aériennes des grands espaces, et la profondeur des chants diphoniques mongols.
On y entend des cordes voyageuses rappelant les steppes d’Asie et l’Andalousie. Les rythmes ciselés des percussions puisent dans la tradition persane.
Meïkhâneh nous emmène au cœur d’une musique sans frontières qui caresse l’âme. Son nom emprunté à la poésie persane signifie la « maison de l’ivresse ». On se laisse porter…

Distribution et équipes

Maria Laurent
chant, luth tovshuur, vièle morin khuur

Johanni Curtet
chant diphonique khöömii, chant de gorge, guitare, luth dombra

Milad Pasta
percussions zarb, daf, udu

Fiche actualisée le 11/06/2018
Modifier ou compléter cette fiche