COMMUNIQUÉ EN SOLIDARITÉ AVEC Arcadi

Nous avons appris avec stupeur et consternation la déclaration de la Présidente de la Région Île-de-France exprimant sa volonté de se retirer de l’EPCC Arcadi.

Nous tenons à exprimer ici en quoi cette décision nous semble inacceptable sur le fond et sur la forme, vis-à-vis d’Arcadi, de ses salarié.e.s, et du secteur culturel dans sa totalité.

Comment peut-on en effet accepter en 2018 qu’une équipe professionnelle aux compétences et à l’engagement unanimement reconnus apprenne par voie de presse le sort qui lui est réservé ? Cette méthode est intolérable de ce qu’impose l’incarnation d’un mandat issu du suffrage universel.

Cette décision unilatérale d’une accablante brutalité bafoue tous les principes de gouvernance de cet établissement. Comment est-il possible, alors qu’un cahier des charges a récemment été adopté par les partenaires publics, d’éradiquer l’outil de travail chargé de le mettre en œuvre, au seul prétexte d’une procédure de recrutement d’une direction infructueuse ?

Comment peut-on justifier que la qualité de l’action de l’établissement, évaluée et saluée par l’ensemble de ses partenaires publics et acteurs culturels, encore très récemment, n’entre même pas en ligne de compte dans cette décision ? Quelle évaluation étaye sérieusement le choix politique dont témoigne cet acte ?

L’histoire des territoires démontre, sans aucun contre-exemple, que la disparition d’une structure régionale d’accompagnement et de développement se traduit inévitablement par un recul immédiat et profond de la politique publique dans le champ qui est le sien. Au-delà des questions financières, cet accompagnement structurant dont bénéficiaient les artistes et acteurs culturels disparaîtra inévitablement. Malgré toutes les précautions langagières prises dans sa communication, la Région Île-de-France et l’ensemble des acteurs du spectacle vivant en seront les premiers perdants, mais indéniablement pas les seuls.

Vouloir sacrifier Arcadi au seul motif d’un désaccord sur la nomination de sa direction, argumenté avec force contre-vérités et sous-entendus, sans qu’aucun désaccord de fond n’anime en plus les tutelles, est aussi un signal particulièrement grave pour l’ensemble des équipements culturels, alarmant quant au mode de relation qu’instaurent certains détenteurs de l’autorité publique.

Au-delà de la solidarité évidente que nous manifestons auprès de l’équipe d’Arcadi, c’est bien tout le secteur professionnel francilien concerné par les actions d’Arcadi qui nous préoccupe. Et il serait plus globalement délétère pour le paysage culturel français que les enjeux de diffusion et d’accompagnement des équipes artistiques ne soient plus assumés dans une région aussi sensible que l’Île-de-France.

Nous ne pouvons imaginer qu’une solution ne puisse être trouvée pour que Arcadi poursuive ses missions dans l’intérêt des artistes et opérateurs culturels d’Île-de-France et d’ailleurs..

Nous l’appelons de nos vœux.

Les membres de la Charte d’aide à la diffusion
Caroline Lozé | Directrice de l’ODIA Normandie
Thierry Boré | Directeur de Spectacle vivant en Bretagne
Joël Brouch | Directeur de l’OARA Nouvelle Aquitaine
Francis Gélin | Directeur général de l’Agence culturelle Grand Est
Yvan Godard | Directeur d’Occitanie en Scène
Pascale Henrot | Directrice de l’ONDA


Une pétition été mise en ligne par des artistes, professionnel.le.s et acteurs des communautés éducatives et culturelles :

 Appel à mobilisation pour arcadi